class="page-template-default page page-id-1833 page-child parent-pageid-1860 et_fixed_nav et_pb_pagebuilder_layout et_right_sidebar unknown">

Visualisation de vos données dans Power BI Desktop

Une fois vos données importées, transformées et modélisées sous Power BI Desktop, il est temps de les analyser : découvrez, en pratique, tous les outils de visualisation à votre disposition. Vous composerez ainsi des rapports sur mesure, adaptés aux besoins de chaque utilisateur final. Tous les éléments sont interactifs et vous découvrirai de multiples insight de votre business, en combinant les indicateurs et en interprétant les données de manière totalement dynamique.

Trois modes d’affichage, sur le volet gauche de Power BI Desktop, qui correspondent aux trois étapes essentielles de tout projet de business intelligence : en les parcourant successivement, vous allez maitriser l’ensemble des opérations nécessaire à la réalisation d’un projet Power BI. Nous avons déjà passé en revue la connexion des données à partir de multiples sources, puis leur transformation et leur typage avant de modéliser les relations entre les différentes tables ainsi dégagées. Dernier onglet de Power BI Desktop, la vue Rapport constitue l’objectif final de votre projet. Vous y glisserez de multiples indicateurs visuels interactifs et vous jouerez sur les valeurs et les filtres à appliquer pour mieux analyser toutes les données de votre entreprise.

En combinant des visuels parlants, y compris des cartes interactives, vous aboutissez à des rapports personnalisés très modernes

En combinant des visuels parlants, y compris des cartes interactives, vous aboutissez à des rapports personnalisés très interractif

À première vue, la liste des outils de visualisation rappelle ceux que l’on retrouve déjà dans Microsoft Excel. Graphiques en secteurs, nuage de points, diagrammes à barres empilées, courbes ou entonnoirs : ce sont ainsi près de trente éléments visuels qui sont à votre disposition. Vous pouvez les compléter par une plus large sélection en téléchargeant des éléments visuels personnalisés depuis la place de marché officielle (radars, diagrammes de Venn ou de Gantt, nuage de mots-clés, jauges comparatives…). Mais la comparaison avec Microsoft Excel s’arrête dès que l’on applique des filtres ou que l’on associe plusieurs éléments visuels ensemble, comme nous allons le voir : les valeurs et les diagrammes s’animent au passage de la souris et vous profitez ainsi d’interactions intuitives pour mieux comprendre et analyser les données.

En mode Rapport, parcourez la liste des outils de visualisation sur le volet droit de Power BI Desktop

En mode Rapport, parcourez la liste des outils de visualisation sur le volet droit de Power BI Desktop

Beaucoup de possibilités sont à votre disposition et vous adapterez vos rapports à tous les types d’utilisateurs susceptibles de les parcourir. Une première mise en garde avant d’aller plus loin toutefois : gardez-vous de juxtaposer de multiples graphes sans rapport les uns avec les autres, juste parce que vous les jugez « jolis » ou « impressionnants ». Vous aurez tout le loisir de vous entraîner au début, en testant plusieurs types de visuels ou des manières différentes de présenter les informations, mais au final vous devrez privilégier la cohérence et ne retenir que les éléments riches de sens pour vos rapports. N’hésitez pas à créer des mesures et des colonnes calculées pour combiner plusieurs bases de données et profiter un maximum de l’interactivité offerte par le modèle de données.

Les interactions entre les visuels

Reportez-vous à l’onglet Rapport de Power BI Desktop. La vue est découpée en trois zones principales. Sur la partie centrale, vous retrouvez le rapport en lui-même : c’est ici que vous insérez les différents éléments visuels et vous permettre d’interagir entre eux. Dans la partie inférieure, vous basculez entre les différentes « pages » de vos rapports. Comme nous le verrons par la suite, cette notion a son importance et vous permettra notamment de limiter l’impact des filtres et des interactions. Enfin, sur le volet droit, vous retrouvez la bibliothèque des éléments visuels, les différents champs à votre disposition et la zone des filtres.

Sur le volet droit, vous glissez-déposez les valeurs à afficher et les filtres à appliquer, à partir de vos différents champs

Sur le volet droit, vous glissez-déposez les valeurs à afficher et les filtres à appliquer, à partir de vos différents champs

Pour vous familiariser avec le principe, cliquez sur le simple visuel « Table » afin de le déposer dans la zone centrale. Vide de données, il ne correspond pour l’instant qu’à un tableau vide. Reportez-vous à la zone « Champs » et déroulez l’arborescence de vos tables, jusqu’à déterminer les différents éléments que vous souhaitez faire apparaître dans le visuel. Glissez-déposez-les dans la zone « Valeurs », en-dessous des éléments visuels. Nous reprenons ici notre exemple d’une PME de distribution de fruits et de légumes, comme dans notre tutoriel consacré à la modélisation. En déplaçant le nom des produits (depuis la table « Produits ») ainsi qu’un indicateur que nous avons créé à l’aide d’une formule DAX pour afficher le chiffre d’affaires, nous affichons le chiffre d’affaires de chaque produit. C’est un type de représentation qui nous échappait jusqu’à présent, à travers la pure lecture des tables.

Déroulez l'arborescence de vos tables et glissez tout type de champs, y compris vos propres mesures, formules DAX et colonnes calculées

Déroulez l’arborescence de vos tables et glissez tout type de champs, y compris vos propres mesures, formules DAX et colonnes calculées

Après avoir sélectionné le visuel ainsi créé, il vous suffit de cliquer sur un autre type de diagramme, comme « Histogramme empilé », pour profiter d’une nouvelle représentation des données. Tous les visuels sont interactifs et se mettent à jour instantanément, à travers un système de filtres. Ajouter un second visuel à la page : nous reprenons ici le chiffre d’affaires et nous ajoutons celui des commerciaux. En cliquant sur le nom d’un commercial, vous afficherez en surbrillance sa propre contribution au chiffre d’affaires de chaque type de produits, sur le premier visuel.

Adoptez un autre type de visuel et personnalisez son habillage : vous parcourez ainsi les indicateurs d'un coup d'œil

Adoptez un autre type de visuel et personnalisez son habillage : vous parcourez ainsi les indicateurs d’un coup d’œil

Mais cette technique ne permet de ne filtrer qu’un axe à la fois : un clic sur un autre élément va remplacer votre choix précédent. Pour affecter des filtres permanents, reportez-vous au volet du même nom. Il présente trois niveaux distincts : les filtres au niveau de l’élément sélectionné, ceux au niveau de la page et ceux à appliquer à l’ensemble du rapport. Faites glisser les champs de votre choix vers ces différentes zones pour filtrer plus durablement vos données.

Il est également possible de modifier directement les interactions entre les visuels. Après en avoir sélectionné un premier, reportez-vous à l’onglet Format et cliquez sur Modifier les interactions. Tous les autres visuels affichent alors deux ou trois icônes, en haut à droite. En cliquant sur le graphique en secteurs, vous mettrez en surbrillance votre filtrage tandis qu’en cliquant sur l’entonnoir, vous limiterez les données à la sélection appliquée. Enfin, cliquez sur le panneau barré pour désactiver les interactions lorsque l’on filtrera sur le visuel, bien utile pour figer une valeur sans écrire des formules DAX.

Modifiez les interactions entre les visuels pour créer facilement des "sélecteurs" de filtres : en cliquant sur l'icône en forme d'entonnoir, vous n'affichez que les données concernées

Modifiez les interactions entre les visuels pour créer facilement des « sélecteurs » de filtres : en cliquant sur l’icône en forme d’entonnoir, vous n’affichez que les données concernées